Marc Biancarelli

Marc Biancarelli
M
Biancarellicouverture
Pegasi biancareli
Prisionier biancarelli
Viaghju in Vivaldia
Le Signet 1999

Parichji Dimonia
Albiana 2002
(Photographies d'Anna de Tavera).

Commandez Prighjuneri / Prisonnier de Marc Biancarelli à la FNAC.

Ceci est un article de Marie Thiers.

On entend parler régulièrement de l'écrivain corse Marc Biancarelli depuis la parution en 2000 d'un premier recueil de nouvelles chez Albiana, édition bilingue Prighjuneri / Prisonnier, un ouvrage qui a reçu l'année suivante le prix du livre insulaire à Ouessant. Le narrateur, à la fois cru et sensible, répulsif et attachant, provocant dans sa tendance à nous faire partager ses pulsions et plus encore les moins nobles, nous a fait croire naturellement que l'auteur était du même acabit. Evidemment, le piège est facile, celui de confondre auteur et personnage...

Un narrateur - pour revenir à lui - qui déteint sur les autres personnages et sur le monde qui émerge de cette suite de récits en prise direct avec notre quotidien, la Corse et ses limites naturelles qui nous renvoient à nous-même, avec parfois une complaisance méprisable.

Prisonnier, et plus tard le recueil Saint Jean à Patmos lui aussi primé à Ouessant, et plus récemment le roman 51 Pegasi astru virtuali, bref la plume vive de Biancarelli nous fait plonger par moments dans des bas-fonds proches de l'univers d'un Dostoïevski. L'homme et la femme ont quelque chose de maudit, et la rédemption n'est peut-être qu'une farce.

Revenons un instant sur ce roman, le premier de celui qu'on prenait déjà pour un nouvelliste, puisque le texte vient d'être traduit en français par Jérôme Ferrari chez Albiana. 51 Pegasi astre virtuel, un titre qui nous projette à des années lumière de la terre, peut-être à la périphérie de l'étoile du même nom - 51 Pegasi - autour de laquelle fut détecté en 1995 la première planète hors de notre système solaire. Pour autant, l'histoire ou plutôt les histoires (car la plume reste décidément digressive), se passent à nouveau bien chez nous, ici bas. Le personnage est encore lamentablement humain, un auteur banni de retour en Corse après un exil qui n'a rien eu de poétique, et peut-être même qu'avec lui Biancarelli atteint la perfection dans le genre du looser intelligent, ou de la brute aimable, au choix...

Je vous ai présenté Biancarelli à travers ses recueils de nouvelles et ce premier roman, faisant l'impasse de sa poésie, à tort puisqu'il a commencé par publier un livre de poèmes, puis un autre en 2002 , et que son écriture sans concession emprunte cet aspect-là à la poésie. Je n'ai pas évoqué non plus sa collaboration majeure à la revue critique A Pian d'Avretu et à d'autres formes d'expressions comme le théâtre.


Commandez Prighjuneri / Prisonnier de Marc Biancarelli à la FNAC.









© University of Wales, Aberystwyth 2002-2009       home  |  e-mail us  |  back to top
site by CHL