EDITORIAL

Le pouvoir de la plume
Blatnik-cover3
Skrjanec-cover311
Mozetic-cover211
Semolic-cover11
« Bien loin des prestigieuses remises de prix qui rythment l'existence des pontes de l'establishment littéraire, bien loin du havre sécurisant des académies d'écrivains, les auteurs slovènes, comme leurs équivalents de l'Europe de l'Est, n'ont connu au cours des dernières décennies que censure et indigence. »

Par Diarmuid JOHNSON. Traduit de l'anglais par Christian LE BRAS.

Transcript a le grand plaisir de présenter cette édition spéciale consacrée à la Slovénie à la veille de la Foire internationale du livre de Prague, qui accueille cette année comme invité d'honneur ce pays de l'ex-Yougoslavie.

Il est aisé de voir dans la Slovénie, petit pays à la voix puissante, comme un microcosme, un modèle réduit de l'Europe émergente. Ce pays doit son existence, tout au moins partiellement, à la ténacité et à l'ampleur de la vision de ses écrivains et penseurs. Bien loin des prestigieuses remises de prix qui rythment l'existence des pontes de l'establishment littéraire, bien loin du havre sécurisant des académies d'écrivains, les auteurs slovènes, comme leurs équivalents de l'Europe de l'Est, n'ont connu au cours des dernières décennies qu'ostracisme, censure et indigence.

Cependant, n'assiste-t-on pas aujourd'hui en Europe occidentale à une censure d'un genre différent ? Une censure imposée par le marché, une dictature à peine voilée du consumérisme, livrée aux fluctuations du pouvoir d'achat du client-lecteur ?

Pendant ce temps, les pays riches fabriquent des armes, exploitent la main d'oeuvre des pays pauvres et contribuent massivement et sans vergogne à la pollution de l'environnement. L'acte d'écriture est-il à même d'exercer quelque influence sur cet état de choses ?

L'enjeu d'intégrité est tout aussi important pour l'écrivain que pour le politicien, le juriste ou l'homme d'affaires. Ce défi d'intégrité, les écrivains slovènes l'ont brillamment relevé, contribuant ainsi à la création d'une démocratie, gage de stabilité du continent, dans ce coin d'Europe où viennent converger les univers slave, roman et germanique.

Onze de ces écrivains sont présentés dans ce numéro de Transcript. Nos lecteurs connaissent déjà Drago Jancar, dont nous publions aujourd'hui L'oeil de l'ange. Ils découvriront dans ce numéro d'autres noms, tels ceux d'Andrej Blatnik et Suzana Tratnik, tandis que dans la rubrique Sept voix urbaines, ils pourront faire connaissance avec Taja Kramberger et Peter Semolic. L'amateur de livres trouvera par ailleurs dans ce magazine tous les renseignements sur les ouvrages slovènes parus en traduction étrangère, en particulier ceux de Tomaz Salamun, déjà interviewé dans Transcript 13.

A l'époque actuelle, l'artiste vivant et travaillant dans une démocratie émergente soumise aux aléas de la globalisation doit faire face à un quotidien fort cruel : un livre coûte aussi cher aujourd'hui en Slovénie qu'«Un repas de quatre couverts », comme en témoigne Andrej Blatnik dans son article exhaustif sur l'histoire de l'édition slovène. Dans Banalités, Brane Mozetic jette un regard désenchanté sur la vie à Ljubljana : « Tout ce que je vois, c'est une foule de gens portant des T-shirts sur lesquels est écrit : « Moi, je ne suis rien ni personne. Et toi, qui es-tu ? »

Au désarroi de Mozetic devant le rythme du changement dans son pays fait écho celui de ses confrères : « Elle vit maintenant dans une grande maison, ou plutôt un manoir, à l'extérieur de Ljubljana », écrit Suzana Tratnik dans Berlin-Metelkova. « Le manoir se trouve au beau milieu d'un jardin envahi par les broussailles, avec sa piscine en pierre souillée d'immondices, rêve qui m'a poursuivie toute ma vie durant. »

La littérature slovène contemporaine nous fait pénétrer dans un monde de contrastes, de forces contradictoires et antagonistes : l'ancien et le nouveau, le rural et l'urbain, l'homosexualité et l'hétérosexualité, le balkanique et le méditerranéen. Un univers où l'effondrement des institutions et systèmes anciens a laissé un vide, vide dans lequel chacun doit vivre, vide dans lequel s'écrivent des livres.














© University of Wales, Aberystwyth 2002-2009       home  |  e-mail us  |  back to top
site by CHL