Charlotte Blay

Charlotte Blay
Forsid4[1]1
Charlotte Blay

Sur son site web Charlotte Blay nous parle de sa vie :

« Je suis la fille d'un capitaine de bateau et je suis née en 1938. Pendant toute mon enfance à Svendborg, mon père, dès qu'il rentrait de ses voyages au long cours, ne cessait de me raconter les histoires les plus terrifiantes. Et je me suis mise à mon tour à raconter des histoires.

Quand j'ai eu des enfants, j'ai continué à raconter des histoires, dont beaucoup se sont transformées en livres pour les enfants, les jeunes comme les moins jeunes. Le premier s'appelait Hyldehytten (La ferme des baies de sureau, 1970). Depuis lors, une cinquantaine de livres ont été publiés. J'ai également écrit des scénarios pour la radio danoise et une kyrielle de paroles de chansons, en particulier pour Povl Kjoeller (Jed har en rokketand) (J'ai une dent qui se déchausse).

Etant d'une nature fort curieuse, j'ai commencé à parcourir le monde dès que mes trois filles ont quitté la maison familiale. Comme je m'intéresse beaucoup aux peuples primitifs, j'ai passé un moment chez les guerriers Masai au Kenya, chez les Aborigènes d'Australie, les indiens Meskito du Mexique, les indiens Pieds Noirs des Montagnes Rocheuses et les Eskimos du Groenland. J'ai travaillé dans des camps de réfugiés en Croatie et j'ai maintes fois traversé l'Islande à dos de cheval. J'ai collecté des histoires enfantines au Ghana et au Vietnam, et en 1999, j'ai vécu avec les enfants des rues du Honduras avant de rentrer chez moi pour écrire sur leur vie.

Si je trouve mon inspiration dans les voyages, je la trouve aussi dans la compagnie des enfants. C'est la raison pour laquelle j'aime aller dans les écoles pour y raconter des histoires. J'ai également la chance d'avoir douze petits-enfants, tous plein d'entrain et qui adorent les histoires. Ils m'ont donné plein d'idées géniales pour de nouvelles aventures, histoires et chansons.

Je suis retournée vivre à Funen, là où il y a bien longtemps j'avais entendu mes premières histoires. J'habite le château de Sandholt, l'un des châteaux les plus hantés de Funen ! »






© University of Wales, Aberystwyth 2002-2009       home  |  e-mail us  |  back to top
site by CHL