Bernardo Atxaga

Bernardo Atxaga
Photo of bernardo atxaga1
Cover of 'soinujolearen semea' by bernardo atxaga (pamiela publishing house)1
Lesson 13- the lone woman-the harvill press
Cover of 'the lone man' by bernardo atxaga (harvill press)
Visitez Ikeder.
Irrévérencieux à souhait, Bernardo Atxaga, né à Asteasu en 1951, fonde en 1977 le groupe Pott qui intègre les expériences des avant-gardes européennes et se tourne vers la Beat generation, le rock et la pop music. Il publie des recueils de poèmes qui bouleverse la poésie euskarienne (il explique dans Nations basques, Autrement, 1994, comment la traditionnelle ligne de partage de la société basque est devenue désormais temporelle : le Pays basque qui précède les années 70 et celui qui leur succède), des textes pour les enfants et des chansons pour ses amis Mikel Laboa et Ruper Ordorika. (Gabastou, A., 1995m Poésie d´Euskal Herria, in Atxaga, B., Poèmes & hybrides, Editions de la Presqu´ile, Lormont, 13-14.)

"Sensible et ironique, parfois joueuse et aérienne, son oeuvre poétique est une danse qui subjugue bien au-delà des frontières d´Euskadi. Et pourtant, elle est empreinte de gravité. La pierre d´Aresti est devenue sable et l´identité est un mirage." (Gabastou, A., 1995m « Poésie d´Euskal Herria », in Atxaga, B., Poèmes & hybrides, Editions de la Presqu´ile, Lormont, 13-14).

"Il n'est peut-être pas très orthodoxe de parler de José Irazu Garmendia, surnommé Bernardo Atxaga, comme d´un charmeur de lecteurs. Mais les mots charme et séduction pourraient bien décrire à eux seuls le succès que connaît chez nous notre auteur le plus universel. Étant donné l´incontestable mercantilisation de la littérature, l´expression "l´auteur le plus lu" peut nous induire en erreur. Pourtant Bernardo Atxaga est bel et bien l´auteur plébiscité par le public, l´auteur qui vend le plus d'ouvrages écrits en basque, le plus apprécié par les autres écrivains ; enfin, l´auteur devant lequel s´incline la critique académique basque. D´ailleurs, tous ceux qui ont assisté à l´une de ses lectures poétiques ou à ses conférences connaissent son dévouement, son empressement envers ses lecteurs.

Cette attitude artistique a contribué à ce que la littérature de B. Atxaga fasse partie de nos vies. C'est pourquoi il n'est pas rare aujourd'hui de lire des titres de presse évoquant l´un de ses ouvrages, ni de voir des B.D. humoristiques montrant l´un de ses personnages. La phrase de la petite chienne Shola dans Poèmes et Hybrides ("personne n'est apprécié chez soi") n'est plus vraie pour Atxaga. C'est aussi sans doute cet attrait et ce charme que suscite son oeuvre qui sont à l´origine du livre intitulé Le sourire de Bernardo Atxaga publié par Dinapiera di Donato au Venezuela et du classement d'Atxaga parmi les 21 meilleurs écrivains du XXe siècle par le journal anglais The Guardian.

Sur le plan du style, on pourrait présenter son oeuvre littéraire comme un inventaire qui comprendrait trois grands volets. D´un côté, les textes fantastiques situés à Obaba. D´un autre côté, les romans réalistes qui prennent les personnages pour trame narrative. Et troisièmement, toute une série d´ouvrages où se manifeste son côté avant-gardiste, le plus innovateur : la littérature pour enfants et pour la jeunesse, les alphabets ou les ouvrages poétiques tels que Poèmes et Hybrides.

Dans le délicieux roman qui raconte les souvenirs de la vache Mo, Mémoires d´une vache (1991), Atxaga annonce les caractéristiques de ses romans postérieurs : le réalisme et l´utilisation de voix intérieures pour raconter le discours intérieur des personnages. Traduit en 13 langues, le roman L´homme seul (1993) tourne autour d´un personnage (Charles) et de l´impitoyable solitude qu´il éprouve. Hanté par les voix qu´il entend au fond de son âme ainsi que par les souvenirs du passé, Carlos, ancien activiste de l'ETA, ne défend plus les idéaux révolutionnaires d´antan. L'image surréaliste de la mer glacée qui ne quitte jamais le protagoniste de cet inquiétant thriller traduirait parfaitement l'angoisse qu´il éprouve en se sentant perpétuellement traqué.

Tout comme dans les romans de Pavese, dans L´homme seul le lecteur saisit l'impitoyable sentiment de solitude qui entoure les personnages principaux. Quelques années plus tard, en 1995, Atxaga publiait Ciels, roman court où l'on raconte le voyage de retour d´une ancienne militante réinsérée de l'ETA, Irène. À nouveau nous avons affaire à un personnage déçu et solitaire qui essaie de s'éloigner d'un passé qui le rend prisonnier. Mais cette fois, c'est la littérature qui va permettre à Irène de s'éloigner de ce sentiment de solitude qui la saisit.

L'excellente anthologie poétique que comporte le roman nous rappelle ce vers célèbre de E. M. Cioran :Y a-t-il de critère artistique sans s´approcher des ciels ?. D'où l´importance accordée dans ce roman à la symbologie des ciels : un ciel où se reflète parfois Irène et qu´elle désire toucher." (Olaziregi, M.J., 2001, Et...le hérisson se réveilla : passé et présent de la littérature basque, Lapurdum VI, 205-217.)












© University of Wales, Aberystwyth 2002-2009       home  |  e-mail us  |  back to top
site by CHL