Les nouveaux promus 1

Les nouveaux promus 1-3
Please_leave68
Photo : Aurel Duka

À partir de 1992, dans les conditions d'une liberté mitigée, la nouvelle génération des vingt et trente ans fait son apparition dans la littérature albanaise, dans des conditions, il faut le dire, cruellement désavantageuses. Les premiers recueils des nouveaux poètes ont été tous publiés à compte d'auteur, du fait que les éditeurs privés venaient juste de lancer leur affaire. La presse indépendante, elle aussi, n'en était qu'à ses débuts, tandis que les priorités économiques du pays, qui sortait complètement dévasté d'une gestion à la communiste et devait survivre grâce à l'aide humanitaire de l'Occident, ne permettaient pas d'avoir une presse littéraire spécialisée. Le marketing et la publicité ciblée étaient encore des notions floues et trop "capitalistes" pour un pays émergent qui avait perdu de longue date la mémoire luxueuse du marché libre. Pourtant, c'est ainsi que tout a commencé et on peut affirmer que la poésie fut la première à se frayer un chemin dans la jungle de l'anarchie sociale et du dénuement quasi originel. On avait beaucoup à dire et on devait le dire immédiatement et de façon inédite : la poésie fut ainsi le support d'expression par excellence de la jeune génération. Le roman et le théâtre ne devaient suivre qu'à la veille du changement de millénaire, une fois que la poésie avait préparé le terrain.

Une remarque importante néanmoins s'impose : au flux incontrôlé des éditions d'oeuvres poétiques des années quatre-vingt-dix, où tout un chacun se disputait le titre de poète et où la poésie se laissait disperser en tous sens dans l'expression d'une intuition brute, a succédé depuis quelques années une période d'apaisement et de réflexion. La poésie s'est "assagie", elle se surveille et devient plus consciente de ses moyens, qu'elle explore avec discernement et pudeur.

L'esprit de cette nouvelle poésie a pour précurseurs M. Ahmeti, R. Dibra et E. Hatibi, qui avaient déjà publié leurs premiers volumes dès les années quatre-vingts et fait souffler un brin de fraîcheur sur la poétique sclérosée de l'époque. Les autres auteurs de la rubrique se sont révélés par vagues successives à partir de 1992. Avec eux, une poétique de renouvellement s'est imposée au jour le jour, jusqu'à devenir la seule option gagnante. Largement inspirés par la proche tradition de Camaj, mais également et surtout par la meilleure tradition de la poésie moderne universelle (celles britannique, française et italienne en premier lieu, ainsi que celle de la dissidence russe), ces auteurs sont constamment à la recherche de techniques modernes et d'une nouvelle sensibilité.

Les jeunes poétesses incarnant de manière originale l'esprit de ce renouveau, une poésie à la touche féminine, saisissante d'authenticité, est présentée dans la seconde section de cette rubrique. Enfin, la dernière rubrique propose un choix de jeunes auteurs à la réputation déjà établie ou en passe de devenir les nouveaux prodiges de la poésie albanaise.







© University of Wales, Aberystwyth 2002-2009       home  |  e-mail us  |  back to top
site by CHL