La vache Paca

La vache Paca
Please_leave551
© Pepon Negre Dalmau
Transcript remercie l'Institut Ramón Llull
Par Pepon Negre Dalmau

Traduit du catalan par Mariam Chaïb Babou


Paca était une vache blanche mouchetée de taches noires. Les autres vaches admiraient ses jolies taches et lui répétaient souvent qu'elle était très jolie !

Toutes les vaches de la ferme aimaient beaucoup Paca parce qu'elle leur indiquait toujours où trouver l'herbe la plus tendre, la plus verte à brouter, la paille la plus douce et douillette où dormir, les endroits les plus ensoleillés pour se reposer.

Mais un jour, alors que Paca broutait, une amie s'approcha et lui demanda si elle pouvait se joindre à elle et, sans raison apparente, Paca lui rétorqua que non !

Chaque fois qu'une autre vache s'approchait d'elle pour lui parler, Paca, qui voulait être seule, se fâchait de plus en plus.

Le soir, sans parler à aucune de ses compagnes, elle s'en alla dormir dans un coin de l'étable. Lorsqu'elle se réveilla le matin, quelque chose d'étrange s'était passé : l'une de ses jolies taches noires avait disparu !

Ce fut un jour terrible pour Paca. Toutes ses amies s'étaient rendu compte que sa tache avait disparu, et elle devenait de plus en plus désagréable.

Le lendemain matin, une autre tache avait disparu ! Paca entra dans une violente colère en découvrant que ses taches disparaissaient, jour après jour.

Un beau matin, Paca comprit que chaque fois qu'elle se fâchait, une tache disparaissait. Elle pensa alors : « Je vais essayer d'être de bonne humeur, peut-être qu'ainsi mes taches réapparaîtront ! »

Elle passa tout le jour suivant à manger et à jouer avec ses amies, le soir, elle se sentait à nouveau très contente. Elles dormirent à nouveau ensemble sur la paille douce et moelleuse.

Le lendemain, lorsque Paca se leva, l'une de ses jolies taches avait réapparu. Il fallut peu de temps à Paca pour récupérer sa bonne humeur et, par la même occasion, toutes ses taches, une à une.

 

***************************************************

Transcript remercie l'Institut Ramón Llull

 







© University of Wales, Aberystwyth 2002-2009       home  |  e-mail us  |  back to top
site by CHL