Rana al-Tonsi

"Aux portes..."
Please_leave663
Photo : Karolis Zukauskas
In A Rose for the Last Days

Tous poèmes traduits de l’arabe par Barbara Graille


Aux portes  des villes attardees
Et des rires qui fusent sans raison
Je m’arrêterai seule et cassée.
Je ne sais pas très bien quand a commencé cette faiblesse qui s’est insinuée en moi,
Et quand mon âme a commencé de se flétrir
En dépit des années que j’ai passées, assise, auprès des manteaux de mes amis.




"Je suis..."

Je suis la photographe de la famille
Je les photographie,
Même s'ils ne sont pas de passage.
Je les photographie.
Mais lorsque je les dépouille de leurs vêtements
Ils me ressemblent vraiment.



"J'aime..."
In A Country Called Desire
J'aime aller au cinéma
Et y laisser mes rêves
Dormir en douce
Aux bras des gens assis.
Mes rêves,
J'aime les voir tomber
Parmi les grains de tournesol et de pop-corn
Et les crachats des miséreux,
Près du mur le plus proche,
Et la voiture de police
Et ses sirènes,
Et les mains des amoureux
Sous la chemise de l’attente.
J'aime aller au cinéma :
Et la vie pour de vrai.




"Comme si..."

Comme si tu avais retrouvé ta vie
Dans une des toilettes vides
Du train
Aux fenêtres ouvertes.
Le train qui change de nom continuellement
Et qui n'attend personne ;
Personne
Ne s'arrête sur les quais
Amputé de ses extrémités,
Morceau de coton
Qui s'effiloche,
Une seule caresse du conducteur du train
Chargée des souffles qui passent
Conduira plus vite la route à son terme
Une caresse seulement
Nous fera arriver.
Alors tous ceux que tu rencontreras te diront
Que tu es vraiment « déjà vu ».






© University of Wales, Aberystwyth 2002-2009       home  |  e-mail us  |  back to top
site by CHL