L'IRLANDE

La langue irlandaise et sa littérature
Es
Eireaball Spideoige Seán Ó Ríordáin

Jusqu'au dix-neuvième siècle, l'irlandais (ou gaélique) était parlé par la majeure partie de la population de l'île, qui dépassait les huit millions d'habitants avant la grande famine des années 1840. Cependant, dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle, l'anglais vint rapidement remplacer l'irlandais comme langue de communication.

Ayant accédé à l'autonomie dans les années 20, le gouvernement irlandais mit en place une politique de revitalisation de la langue, dont l'objectif était d'inverser le changement de langue qui s'était produit au siècle précédent. A l'heure actuelle, cependant, moins de 100 000 personnes utilisent quotidiennement l'irlandais, seulement 35 000 selon certaines estimations. Par contre, selon un récent sondage, près d'un million d'Irlandais affirment avoir une certaine connaissance de leur langue, la plupart des Irlandais ayant appris au moins un peu de gaélique à l'école.

L'époque médiévale (de 600 à 1600 environ) connut une production littéraire abondante et de qualité en langue irlandaise. Vint ensuite une période de désolation, qui devait durer jusqu'à la fin du dix-neuvième siècle. A cette époque, l'irlandais était devenu la langue des pauvres, seulement parlée dans un certain nombre de zones rurales et côtières disséminées à l'Ouest du pays. Sil subsistait dans ces enclaves gaélophones une littérature orale d'une grande sophistication, dès avant 1900, la littérature écrite ne représentait plus un élément significatif du paysage culturel gaélique irlandais.

Tout au long du vingtième siècle, les Irlandais s'efforcèrent de créer une littérature moderne en langue gaélique. Signalons que l'irlandais est toujours langue officielle de la République d'Irlande (Eire) et que la publication de livres et magazines en langue irlandaise est fortement subventionnée. Ces efforts pour promouvoir une littérature moderne devaient toutefois se heurter à un obstacle majeur, la plupart des locuteurs de langue maternelle ignorant ou connaissant mal la langue écrite, ce qui est toujours le cas de nos jours.

Sean Ó Riordáin est sans conteste le poète de langue irlandaise le plus intéressant du vingtième siècle, celui dont l'oeuvre résiste le mieux à l'épreuve du temps. Transcript publie en traduction anglaise une sélection de ses poèmes.










© University of Wales, Aberystwyth 2002-2009       home  |  e-mail us  |  back to top
site by CHL